BRÈVES INFOS. Burundi : La future Constitution amendée tiendra compte des résultats du dialogue interburundais organisé au niveau des 18 provinces burundaises au premier semestre 2016 sous l'égide de la Commission Nationale de Dialogue Interburundais (CNDI) / @Burundibwiza.com

YVES KAMI, Grand Talent-Espoir Pour l’Avenir de la Musique Burundaise.

Last Updated: 25 June 2017 Hits: 162

CULTURE / Musique

@Buundibwiza.com mise à jour, le 25.06.2017

source : https://musicologygitega.wordpress.com

19264552 1931422557077989 1010097225218089958 o

Photo: Yves KAMIKIWE (tenant sa guitare) avec son groupe Lors de la célébration de la « Journée Internationale du Jazz » à Gitega, le 30 Avril 2017, supervisée par
Mgr. Dr Justin Baransananikiye, Directeur de l’Institut de Musicologie de Gitega.

Dans le but de faire connaître au public cet artiste Yves KAMIKIWE, au talent exceptionnel qui rappelle l’époque du grand Canjo Amissi, la rédaction de l’Institut de Musicologie de Gitega est allée à sa rencontre cette semaine peu avant la « Fête de la Musique, 21 Juin 2017».

RÉDACTION : Yves KAMI, pourriez-vous vous présenter brièvement ?

Yves KAMI : Je suis artiste auteur/compositeur/interprète Burundais travaillant à développer un style tradi-moderne tiré des racines des rythmes des tambours burundais… KAMI, diminutif de KAMIKIWE signifie littéralement ‘SA CONSCIENCE’. Je suis né à Muyebe en Commune Kayokwe, Province Mwaro, le 02/02/1987. Je commence à chanter à l’école du dimanche à l’Eglise Méthodiste Libre de Muyebe dès l’âge de 6 ans où je débute mes études primaires. Aîné d’une famille de 5 enfants je deviens orphelin de père l’année suivante durant la guerre civile de 1993. Ce coup terrible m’affecte profondément et me pousse à réfléchir sur mon avenir et je me mets à apprendre à jouer de la guitare.

RÉDACTION : Apparemment, les gens vous ont connu comme un garçon très doué, passionné de la musique et pourvu de talents exceptionnels qui vous ont fait émerger assez tôt, n’est-ce pas ?

Yves KAMI : Effectivement. Dès l’année 2000, à l’âge de 13 ans seulement, je maîtrisais déjà la guitare et j’ai interprété la chanson ‘CIRA UBWO BUROZI’ d’Apollinaire à l’occasion d’une journée culturelle au Lycée de Muyebe. Et c’était parti comme vous le dites !

RÉDACTION : Pouviez-vous déjà composer vos propres chansons à cette époque ?

Yves KAMI : Absolument. Non seulement je composais des mélodies, mais j’étais également auteur des paroles de mes chansons qui portaient des messages de pacification.

RÉDACTION : Et, il semble que vous ne quittiez jamais votre guitare !

Yves KAMI : Exactement. Alors que mes condisciples et amis adoraient le foot ou s’adonnaient à d’autres jeux, j’étais, quant a moi, toujours collé à ma guitare tant à l’église qu’ailleurs en composant des chansons appelant a la paix.

RÉDACTION : Pourquoi ce thème vous a-t-il tant intéressé ?

Yves KAMI : Mon pays et mon peuple en avaient tant besoin après les tristes événements de 1993. La paix et la réconciliation étaient devenues mon rêve.

RÉDACTION : Et quand vous vous embrassez l’enseignement secondaire, comment avez-vous évolué dans le domaine musical ?

Yves KAMI : En 2004, je suis orienté au lycée de MUSINZIRA (ex Athénée MWAMI MWAMBUTSA IV) à Gitega et ce sera une bonne opportunité pour élargir mes horizons en connaissances musicales.

RÉDACTION : De quelle manière ?

Yves KAMI : A Gitega, je commence à croiser plusieurs musiciens/chanteurs, entre autres feu Bosco du groupe ‘Peace and Love’ qui m’emmenait souvent assister à leurs répétitions à Mushasha… J’ai eu également la chance de faire connaissance avec des artistes d’autres groupes existant à l’époque, notamment ‘BBR’, ‘Lion Story’, ‘Prophets Voice’ et des musiciens comme Bravo et Foa.

RÉDACTION : Et ils ont enrichi votre expérience tout en attisant votre vision de devenir ce que vous êtes finalement aujourd’hui !

Yves KAMI : Sans aucun doute. En 2008, effectivement, je chante ma première chanson ‘TWIHOZE IVYABAYE’ qui m’ouvre les horizons et les portes du monde musical de Bujumbura ou l’on commençait à me découvrir à m’inviter à des événements musicaux comme les Festivals ‘AMAHORO’ et ‘INANGA’ etc.

RÉDACTION : C’est vrai alors, KAMI, l’artiste talentueux en émergence que vous étiez a certainement gagné un ou des prix. Lesquels, par exemple ?

Yves KAMI : En 2009, je suis primé par le Ministre de la jeunesse, des Sports et de la Culture, Jean Jacques NYENIMIGABO, pour la chanson ‘HAGURUKA’ qui est produite et diffusée parmi les 5 meilleures chansons du ‘Concours pour la consolidation de la paix’, et à maintes reprises j’ai été primé meilleur chanteur compositeur.
En 2014 j’ai présenté une chanson qui a été retenue comme indicatif d’une émission radiodiffusée de ‘Trade Mark East Africa’ intitulée ‘UMUHORA RUSANGI’. La même année je reçois, de la part de ‘NEW GENERATION’, le prix de la meilleure chanson lors d’une campagne que cette ONG locale avait nommée ‘URWARUKA TURASHOBOYE’. J’ai aussi composé et chanté ‘UBURIMYI’ que PAIOSA a utilisé dans la sensibilisation à l’agriculture sans oublier l’indicatif du feuilleton ‘KIRA MAMA’ souvent radiodiffusé.

En 2015 KAMI reçois un prix de la part de ISANGANIRO et CPAJ pour la meilleure chanson dans le concours ‘RWARUKA DUTORE MU MAHORO’ avec l’appui de l’Union Européenne.

RÉDACTION : Félicitations, KAMI ! Et vous comptez déjà combien d’albums à votre actif ?

Yves KAMI : Jusqu’en 2013, j’avais déjà enregistré un album avec 6 chansons parmi lesquelles la célèbre ‘SAMANDARI’ qui a donné son nom à l’Album. Actuellement, je me prépare au lancement officiel de mon deuxième Album sous le titre ‘UMWANYA’ pour enfin participer, si possible, dans des festivals internationaux imminents.

RÉDACTION : Avez-vous jamais envisagé de servir la jeunesse burundaise qui a tant besoin d’être encadrée et initiée à la musique ?

Yves KAMI : Bien sûr. En 2015 j’ai dispensé des formations en musique aux enfants encadrés par WAR CHILD HOLLANDE à CIBITOKE. J’ai fait la même chose en 2016 à Gitega avec les enfants encadrés par WORLD VISION BURUNDI.

RÉDACTION : Merci beaucoup Yves KAMI. Nul ne peut nier que vous êtes en train d’atteindre la maturité professionnelle en tant qu’auteur/compositeur/interprète burundais qui portera bientôt très haut notre musique sur les podiums internationaux. Nous parlerons en détail de vos chansons dans d’autres articles. L’Institut de musicologie de Gitega vous souhaite pleins succès.
Au public qui découvre Yves KAMI pour la première fois, nous aimerions mentionner que ce jeune artiste a fait la faculté de Droit à l’Université du Burundi où il a publiquement défendu son travail de fin d’études universitaires sous le titre « LE RÉGIME SUCCESSORAL EN MATIÈRE DE DROITS D’AUTEUR AU BURUNDI ».

Nous contacter: Institut de Musicologie de Gitega
B.P. 197 Gitega (Burundi)
Tel:(+257)79877097
Email 1: musicologygitega@gmail.com
Email 2: baransajust@gmail.com
https://musicologygitega.wordpress.com

 

@Burundibwiza.com

 

Leave your comments

Post comment as a guest

0
Your comments are subjected to administrator's moderation.
terms and condition.
  • No comments found